Histoire du Blackjack

Le blackjack est un jeu tellement passionnant qu’énormément de joueurs de casino se lancent à moment donné. En tant qu’amoureux de ce jeu, nous adorons l’histoire qui a révélé au monde celui-ci. Vous allez découvrir avec nous, dans un premier temps l’origine du nom « blackjack », puis ensuite nous allons parcourir le passé pour comprendre quels sont les jeux à l’origine de ce jeu de table que tant de personnes adorent.

L’histoire du nom « Blackjack »

Le blackjack tient son nom d’un bonus que les casinotiers américains ont inventé pour attirer un maximum de joueurs dans leurs établissements lorsque ce jeu n’était pas si populaire, un bonus qui payait énormément et qui demandait au joueur de présenter un as de pique et un valet noir. Valet noir se traduisant « Blackjack », vous comprenez donc maintenant l’origine du nom. Mais avant que cela ne se passe au début du 20ème siècle, vous imaginez bien qu’une longue histoire s’est déroulée auparavant. C’est celle que nous allons vous conter maintenant.

Les jeux qui ont inspirés le Blackjack

Pour retrouver les jeux qui ont inspirés le jeu du blackjack, il faut repartir en Italie au 15ème siècle, c’est de cette date qu’on tire les premiers écrits qui nous parlent du « 31 » et du « 7 1/2 », les deux jeux qui seraient à l’origine du « 21 », ensuite devenu le « blackjack ».

Le « 31 »

Ici, le but du jeu était d’obtenir un tirage assez favorable pour atteindre le total de 31 pour sa main ou de s’en rapprocher un maximum. La valorisation des cartes existait déjà, elle était identique à celle d’aujourd’hui, sans la double valeur pour l’as.

La grande différence avec le blackjack d’aujourd’hui, c’est que vous n’aviez pas toutes les actions comme s’assurer par exemple. Vous ne pouviez pas non plus « brûler » si vous dépassiez le score de 31. On remarque donc pas mal de similitudes dans le principe du jeu mais les caractéristiques un peu plus détaillées sont arrivées après.

Le « 7 ½ »

C’est justement avec le 7 ½ que beaucoup de spécificités sont venues se rajouter comme par exemple le fait de brûler. En effet, le but étant d’atteindre 7 ½ ou en tout cas de s’en rapprocher un le plus possible, le joueur qui dépassait cela se voyait éliminer de la partie instantanément.

Aucune règle n’était appliquée au croupier pour l’action « tirage », il pouvait tirer des cartes, autant qu’il voulait et lorsqu’il le voulait, rien ne le limitait. Du fait que le total à atteindre était aussi moindre, les cartes de 2 à 7 n’étaient pas incluses dans le sabot.

L’évolution de ces jeux vers le « 21 »

Du fait de la forte ressemblance entre ces jeux, à travers le temps, ils se sont naturellement mixés pour devenir le 21. Ce jeu qui apparut en France au cours du 18ème siècle devint rapidement un des jeux favoris de la Cour de France.

Les règles sont quasiment identiques à celles du blackjack moderne. Le score à atteindre a été réduit, on pense par soucis de rapidité dans le jeu, on a voulu l’accélérer. C’est aussi avec le 21 que l’as prend deux valeurs, soit 1 point, soit 11 points, selon ce qui arrange le joueur.

Le Blackjack se répand

Une fois qu’il atteignit la France, le blackjack fut importé en Angleterre où le succès fut aussi au rendez-vous. S’en suivra les grandes immigrations de la moitié du 19ème siècle vers le nouveau continent, en Amérique. Ensuite vous connaissez la suite, le blackjack devint populaire et entra dans les casinos terrestres en 1931 après que l’acte des jeux d’argent du Nevada soit signé.

Place aux meilleurs jeux et toutes leurs explications sur les casinos en ligne :